Safari-photo au Kenya !

Partir en Safari était un rêve d’enfant. Et ce voyage au Kenya a été l’un de mes voyages les plus riches .. avec les petites aventures et la grande, mais aussi toutes ces surprises et rencontres. Que d’émotions ! Observer des animaux sauvages dans leur milieu naturel, au cœur de superbes paysages, c’est tout simplement inoubliable. Le moins que l’on puisse dire, c’est que j’en ai pris plein les yeux.

Des kilomètres de pistes…

Nous avons choisi la solution du safari itinérant pour découvrir plusieurs parcs. Trois au total, le Masaï Mara, l’Amboseli et le Tsavo. Trois parcs, et réellement trois ambiances différentes. Des plaines vertes du Masaï Mara au sable ocre du Tsavo en passant par le Kilimandjaro. Les réserves naturelles du Kenya sont renommées, c’est d’ailleurs pour cela que nous avions choisi ce point de chute.

En dehors des parcs, les routes sont plutôt en bon état (si l’on oublie de regarder la conduite) On finit par oublier les camions qui doublent sans aucune visibilité au milieu d’une circulation dense. Et le reste du temps, ce sont des kilomètres de pistes, ça secoue beaucoup !

Le parc du Masai Mara est l’incontournable, la réserve la plus fréquentée du pays. Le paysage, en octobre, est verdoyant et offre à perte de vue des plaines bordées de collines. Dès les premiers instants, le long de la piste, ce sont les nombreux gnous, gazelles et zèbres qui attirent nos premiers regards. Notre safari ne fait que commencer, mais déjà les étoiles brillent dans nos yeux ! Car, à chaque instant, le parc nous a réservé ces petites surprises. Parmi les images qui resteront de ces deux jours dans ce parc, ce troupeau de gnous qui quittent le parc de Serengeti (en Tanzanie) pour rejoindre le Kenya, les hyènes à l’affut, les pumbas qui gambadent, un pique-nique sous un arbre où un lion avait lui-même fait son repas (il y avait des restes d’os!) et ce majestueux troupeau d’éléphants que nous avons vu arriver au loin depuis la plaine.

L’Amboseli fait lui la part belle au célèbre Kilimandjaro et aux marécages. Il y a de nombreux oiseaux, des éléphants et des singes un peu partout. Il y avait aussi beaucoup d’animaux morts (suite à une maladie d’après notre guide) et nous avons pu observer de nombreux charognards à l’œuvre. Et surtout, il y aura ce formidable coucher de soleil sur la réserve. Une carte postale inoubliable qui sera succédé le lendemain par le lever du soleil sur le Kilimandjaro. Un moment magique à 5h30 du matin (car après, les nuages commencent à recouvrir le mont !).

Le Tsavo East Park est le paradis des éléphants rouges, qui prennent la couleur de la terre. C’est aussi l’un des parcs les plus grands du continent africain ; entre le Tsavo East et le Tasvo West, la route et le chemin de fer qui relient Nairobi à Mombassa. La terre est ici rouge et plus aride, les buissons sont nombreux et le paysage nous laisse l’impression de découvrir encore un autre monde.

 

Pour découvrir la faune !

Dik-dik, gazelle de Thomson, petit et grand koudou, grues couronnées ou antilopes de tobi … Autant d’animaux qui ne vous disent peut-être rien ! Et pourtant, il y en a un peu partout. Car en dehors des célèbres zèbres, girafes et éléphants, de multiples autres surprises vous attendent. Comme cette énorme araignée noire, découverte à deux pas de la tête de lit, alors que nous retournions dans notre chambre après le repas. Ou des lézards bleus appelés « agama ».

Et le « big five » ? Pas au complet, nous n’avons vu de rhinocéros. Mais, nous avons observé de nombreux lions, buffles et éléphants. Et nous avons fait la rencontre d’un léopard qui faisait sa sieste… dans un arbre ! Sa majesté dort à poings fermés et seule sa queue trahit sa présence.

 

 

Pause sur le lac Elementaita

Il n’y a pas eu que des pistes durant ce voyage. Nous avons également pu faire un safari sur l’eau à la rencontre des hippopotames dans la vallée du Rift (où sous d’immenses serres sont cultivées les roses kenyanes) – une ballade qui nous a emmené à Crescent pour une promenade à pieds au milieu des animaux sauvages (zèbres, girafes, … .).

Il est normalement possible d’y voir des centaines de flamants roses y faire une pause, mais nous en avons seulement aperçu quelques-uns au petit matin avant de repartir.


Que mettre dans la valise ?

Cette question fut certainement celle qui a le plus occupé mon esprit les semaines précédant le départ. C’est pourquoi, je lui consacre une rubrique particulière.  Les indispensables sont rapidement réunis : appareils photos, des affaires confortables et peu salissantes (attention à la poussière!), un chapeau qui tient bien sur la tête et les protections solaires de rigueur.

Mais il ne faut pas oublier :

  • Les jumelles (pour repérer les animaux lorsqu’ils sont trop loin).
  • Un pull car les nuits peuvent être fraiches et les matins sont frisquets, surtout quand on part à l’aube et que le toit du véhicule est ouvert.
  • Un adaptateur (système de prises anglais) et surtout une multiprise pour recharger vos batteries en même temps (dans les réserves, les lodges fournissent du courant seulement quelques heures par jour, souvent de 18h30 à 22h).
  • Une lampe de poche
  • Changer un peu d’argent avant de partir, très utile pour payer les pourboires et pallier aux petites urgences.
  • Et on n’oublie pas de prévoir les vaccins (pas obligatoires, mais recommandés) et le visa (oui oui, nous avons croisé des personnes qui n’avaient pas fait ces formalités).

Le voyage d’une vie

« Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux »    
Marcel Proust

Je le disais en préambule, ce voyage est l’un de ceux qui m’aura le plus marqué.  Le choix du Kenya était surtout motivé par l’idée d’aller observer les animaux – à noter, la chasse est strictement interdite dans ce pays, contrairement à d’autres. Mais ce voyage sera plus.

Car il fut un réel bouleversement, celui qui fait que mille questions viennent chaque minute aussi vite que les paysages qui défilent sous les yeux. Durant tous ces kilomètres, j’ai gardé les yeux ouverts avec ce besoin de tout voir, de tout observer. Il y a eu ces instants de vie qui prêtent à sourire comme ces mobylettes surmontées de parapluies sous l’orage à Nairobi. Il y a eu ces enfants à pied le long des routes, de tout âge, en uniforme, sur les chemins de l’école très tôt le matin. Il y a eu ces infirmières exceptionnelles à l’hôpital à qui j’ai montré mes photos de mariage et qui m’ont offert ces bonbons à la menthe comme cadeaux de mariage. Il y a eu tous ces habitants que nous avons croisés, souvent accompagnées de chèvres, qui s’arrêtent pour saluer les voitures, faire un signe. Il y a eu ces kilomètres de détritus aux abords des villages, et parfois même le long des cases traditionnelles en terre. Il y a eu, aussi, cette modernité des téléphones portables au milieu des réserves alors que les habitants ne portent pas chaussures. Il y a eu ces jeunes femmes maquillées au milieu de bidonvilles aux abords de Mombassa. Il y a eu ce chauffeur de taxi, si fier de me faire visiter « son » village. Il y a eu ces nuits marquées par les bavardages des animaux où il est difficile de dormir, les miaulements de « gros chats » au loin et cette pensée pour les habitants des villages. Il y a eu surtout cette impression de joie de vivre partout, et cette volonté de notre guide, de nous laisser « une image positive » de son pays. Il y a eu … tellement de choses en si peu de temps …

Ce sont toutes ces images qui m’amènent à dire un immense merci à tous ceux qui ont rendu ce merveilleux voyage possible. Je suis littéralement tombée sous le charme du Kenya et je sais que ce voyage restera l’un de mes meilleurs souvenirs de vie.

Des animaux par milliers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défilement vers le haut